Les erreurs classiques de débutant

Fatale glissade

Les joueurs débutants commencent à bien appréhender Magic The Gathering après quelques parties. Généralement, c’est à ce moment-là que l’espoir de vaincre leurs amis plus expérimentés semble possible. Et c’est aussi là que c’est le drame : maîtriser Magic, c’est un peu comme maîtriser le Poker, ça ne s’invente pas. Seules l’expérience et de nombreuses parties contre des adversaires différents pourront vous faire progresser.

Je peux cependant donner quelques conseils et recommandations pour s’améliorer lorsqu’on débute. On va faire le point sur les erreurs classiques à ne pas commettre… mais que les débutants commettent quand-même.

Ces recommandations portent uniquement sur le gameplay en lui-même, pas sur la création de deck. Pour cela, je vous invite à jeter un œil à l’article : comment créer un deck Magic

1) Ne pas regarder les terrains adverses

OK, ça c’est l’erreur de débutant la plus commune : « Je n’ose pas faire ça pendant mon tour, car j’ai peur de ce que tu pourrais faire en réponse ». Oui, sauf que si tous les terrains de l’adversaire sont engagés… en théorie il ne pourra rien jouer de sa main.

Dans l’exemple ci-dessus, malgré une main fournie, l’adversaire sera incapable de réagir. Vous pouvez jouer et l’attaquer sans risques.

Petite précision : Certaines cartes peuvent être jouées « gratuitement », des capacités peuvent être activées sans payer de mana, c’est possible. Mais généralement, si votre adversaire n’a pas la possibilité de générer du mana pour lancer ses sorts, c’est compliqué.

Donc, la prochaine fois que vous n’osez pas jouer et/ou attaquer pendant votre tour, rappelez-vous : commencez par regarder si l’adversaire peut jouer. S’il ne peut pas générer de mana, allez-y ! C’est le moment d’en profiter.

2) Ne pas regarder la main adverse

Magic est un jeu où il est nécessaire d’anticiper son adversaire, de prévoir ses prochaines actions. De ce fait, un adversaire sans cartes en main est absolument incapable de générer le moindre effet de surprise.

Il est donc indispensable de vérifier combien de cartes l’adversaire en face de vous possède en main. S’il n’a plus aucune carte en main, vous êtes libres de jouer comme vous voulez : il sera absolument incapable de vous en empêcher en vous prenant par surprise.

Dans l’exemple ci-dessus : l’adversaire est capable de répondre, mais qu’une seule fois. S’il vous contrecarre votre première carte, il ne pourra pas contrer une deuxième fois.

Des cartes déjà en jeu peuvent néanmoins lui permettre d’activer des capacités, et c’est une excellente transition pour le point suivant.

3) Ne pas regarder le champ de bataille / cimetière adverse

J’ai pu observer que la plupart des joueurs débutants sont majoritairement concentrés sur leur champ de bataille. C’est une attitude normale : quand on découvre encore le jeu, on a besoin de relire les cartes qu’on a joué, de se souvenir des capacités de nos créatures.

Mais ça ne suffit pas.

Dans Magic, pour progresser, il est indispensable d’accorder autant d’attention aux cartes adverses qu’à ses propres cartes. Si vous ne lisez pas entièrement la capacité du Rat de meute qu’a posé votre adversaire, vous serez bientôt submergé.

Rat de meute

Alors n’oubliez jamais de bien lire et comprendre chaque carte adverse, qu’elle soit sur le champ de bataille, en exil ou au cimetière. En effet, une carte en-dehors du champ de bataille peut également produire des effets inattendus si vous n’y faites pas attention, comme par exemple un simple Appel du troupeau.

Posez des questions, demandez à votre adversaire de vous expliquer les effets de ses cartes. Les joueurs de Magic sont sympas en grosse majorité, ils vous expliqueront volontiers ce font les cartes qu’ils viennent de jouer.

4)  Jouer à tout prix pendant son tour

Vous n’êtes pas obligé de jouer pendant votre tour, ça n’est pas grave. Au contraire, cela peut même se révéler très avantageux.

Prenons un exemple. Vous êtes pendant votre tour et vous avez en main deux cartes : Droit à la gorge et Réfléchir à deux fois. Vous n’avez que deux terrains. Votre adversaire n’a rien en jeu et vous non plus.

Droit à la gorge Réfléchir à deux fois

Dans cette situation, il est tentant de jouer Réfléchir à deux fois afin de se préparer au tour prochain, car vous n’êtes à priori pas obligé de vous défendre ce tour-ci.

Option 1 : l’erreur

Vous décidez de jouer Réfléchir à deux fois. Vous piochez.

C’est au tour de votre adversaire. Celui-ci joue Berserker du clan Psora et vous attaque. Vous perdez 2 points de vie et sa créature devient réputée.

Berserker du clan Psora

À partir de maintenant, pour vous en débarrasser avec Droit à la gorge, vous êtes obligé d’attendre votre tour et de perdre 2 points de vie supplémentaires. Si ça se trouve, cette action vient de vous coûter la victoire.

Et si vous aviez attendu ? Si vous n’aviez pas joué pendant votre tour ?

Option 2 : la bonne solution

Reprenons. Vous décidez de ne rien jouer pendant votre tour, vous avez donc deux terrains dégagés avec Droit à la gorge et Réfléchir à deux fois en main.

Votre adversaire joue Berserker du clan Psora et vous attaque.

Vous avez tout le loisir de jouer votre Droit à la gorge afin de vous débarrasser de la créature dès maintenant, sans prendre aucune blessure.

Si l’adversaire ne joue rien, alors vous pouvez jouer Réfléchir à deux fois à la fin de son tour et piocher sans risque.

Le fait d’attendre et de jouer vos éphémères pendant le tour adverse permet de rester flexible, de vous adapter à la situation.

5) Jouer avant d’attaquer

Encore une erreur classique ! Une règle simple : ne jouez aucune carte avant d’attaquer, à moins que celle-ci ne renforce votre assaut.

Un tour est composé de la façon suivante :

  1. Dégagement
  2. Entretien
  3. Pioche
  4. Première phase principale
  5. Combat :
    • Début du combat
    • Déclaration des attaquants
    • Déclaration des bloqueurs
    • Blessures
    • Fin du combat
  6. Deuxième phase principale
  7. Étape de fin

Admettons : vous avez quelques créatures en jeu et deux cartes en main : Mot de protection et Grizzlis.

Problème : vous n’avez que 2 manas disponibles.

Alors, on joue quoi et quand ?

Grizzlis

Ne jouez pas les Grizzlis lors de votre 1ère phase principale à moins que vous n’en ayez besoin pour attaquer (et ils n’ont pas la célérité) ! Attaquez d’abord avec les créatures que vous possédez, et observez ce qu’il se passe.

Si votre adversaire joue une Terminaison sur l’une de vos créatures attaquantes, jouez Mot de protection pour la protéger.

Si votre adversaire ne fait rien, alors terminez le combat puis jouez vos Grizzlis en deuxième phase principale.

Garder votre mana disponible vous permet d’être réactif, de vous adapter à la situation. Comme on l’a vu en première erreur : un joueur sans mana, c’est un joueur vulnérable et incapable de créer la surprise.

6) Avoir peur de perdre des points de vie

C’est la dernière erreur la plus commune : la peur de perdre des points de vie. Il est tout à fait normal de vouloir protéger ses points de vie : le premier qui n’en a plus perd la partie.

Mais gardez à l’esprit que tant qu’il vous reste 1 point de vie, vous pouvez gagner.

Magic

J’ai déjà vu des joueurs bloquer des Maraudeurs keldes avec Yisan, barde vagabond alors qu’ils avaient toujours 20 points de vie. C’est une erreur : Yisan, en restant sur table, vous permettra potentiellement de mettre sur le champ de bataille des créature capables de renverser le cours de la partie et de rattraper le retard que vous avez accumulé. Cela vaut bien quelques points de vie.

Considérez vos points de vie comme une ressource. Si le jeu vous permet de commencer la partie avec 20 points de vie, alors n’hésitez pas à en perdre 19 si nécessaire. Ils sont disponibles, ils vous permettent de gagner du temps. Cela est d’autant plus vrai si vous jouez un deck contrôle ou encore combo.

La véritable difficulté dans ce choix, c’est de savoir à partir de quand il vaut mieux bloquer ou perdre des points de vie. Si vous jouez contre un deck remplit de Foudre et de Charme de Boros, descendre en-dessous de 5 points de vie peut représenter un risque. Mais ne sacrifiez pas inutilement vos créatures tant qu’il vous en reste 20, sinon vous n’arriverez jamais à vous développer.

Conclusion

Voilà, j’espère que cet article vous aide à y voir un peu plus clair ! Comme vous avez pu le découvrir, la plupart des erreurs reposent sur deux éléments :

  • L’attention portée au deck / main / champ de bataille adverse
  • Le fait d’attendre avant de jouer ses éphémères

Si vous accordez un tout petit peu d’attention à ces deux éléments, vous verrez que vos parties prendront une tournure complétement différente. Anticipez vos adversaires, adaptez-vous à leurs actions.

Et pour vraiment projeter votre jeu à un autre niveau, je vous recommande de jeter un œil à l’article La pile pour les nuls, car c’est un pilier fondamental du jeu. Beaucoup l’ignorent et jouent avec sans s’en rendre compte, mais c’est en la maîtrisant qu’on domine le jeu.

BONUS

Et j’en profite aussi pour vous encourager à vous tenir au courant de l’actualité de Magic. En effet, se tenir au courant des nouvelles extensions, des nouvelles capacités vous permettra d’avoir une longueur d’avance sur vos amis casual qui ne le font pas.

Pour ça, vous pouvez vous tourner vers des sites d’actu français comme Magiccorporation ou la Secte des Magiciens Fous. Mais il y a une source que je vous recommande chaudement, c’est la chaîne Magic c’est Chic sur Youtube :

Ces types font un excellent travail de vulgarisation et proposent des contenus hyper accessibles, des idées de decks, des conseils, etc. Si vous êtes à la recherche d’une source d’information régulière et sympathique en français, c’est celle que je vous recommande.

Ils sont aussi sur Facebook, leur page est très animée.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager à votre communauté et à me faire votre retour en commentaires ! 🙂

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*