Deck du mois : le Saffirlidiane

sirlirdiane magic the gathering

Salut, c’est Dood, rédacteur en intérim. Aujourd’hui, je viens vers vous avec un deck Magic The Gathering pas piqué des hannetons. Pour votre plus grand plaisir, je vous présente aujourd’hui le Saffirlidiane !

Le Saffirlidiane :

23 Terrains
2 Plaine
2 Île
2 Marais
2 Montagne
10 Forêt
3 Bosquet de Solpétal
2 Ziggourat ancienne

37 Créatures
4 Oiseaux de paradis
4 Ancêtre de la tribu Sakura
4 Saffi Eriksdotter
2 Avemain gardefaille
1 Carapace de nantuko
4 Épisseuse de lame
3 Bonnet rouge meurtrier
2 Doublure
4 Sirlidiane
3 Vagabond des pensées
2 Boue acide
4 Grand gargadon

Description du deck

La musique s’élance, les trompettes tonnent et les colonnes se dressent pour laisser passer le majestueux deck Combo que je viens vous présenter. Ce deck qui a, en plus, la particularité d’être pratiquement un cinq couleurs. Ce deck qui ne contient QUE des créatures et des terrains.

Donc, pour résumer la situation, nous sommes face à un deck combo, donc irrémédiablement dépendant de certaines cartes pour être efficace, qui se paye le luxe de jouer dans les cinq couleurs, ce qui rend la mana base absolument chaotique et qui de plus ne contient que des créatures, enlevant toute possibilité de faire des surprises à son adversaire. Et pour ne rien enlever au défi, je ne joue que des terrains de base si ce n’est les trois Bosquet de Solpétal (les moins chers des bilands) et les deux Ziggourat ancienne (terrain plutôt abordable).

Tous les éléments semblent pointer du doigt le fait que le deck va s’écrouler sur lui-même et que la plupart de ses sorties vont être catastrophiques au point de faire quatorze Mulligan. Du moins c’est ce qui se passe sur le papier, mais qu’en est-il de la réalité ?

Le deck, bien que possédant effectivement des cartes de toutes les couleurs, contient une majorité de vert, de blanc et de rouge (ce qu’on appelle un Naya dans le jargon). La mana base est donc bien plus saine, notamment grâce aux Oiseaux de paradis et à Ancêtre de la tribu Sakura, qui permettent d’amener la couleur manquante et d’accélérer la sortie du deck. De plus, la majorité des créatures du deck ne requièrent qu’un seul mana d’une couleur précise. Donc pour la mana base, ça se goupille plutôt bien. Voyons la suite.

La base du deck

sirlirdiane magic the gathering

L’une des cartes les plus importantes du jeu car elle lui a tout de même donné son nom, c’est la Sirlidiane (Reveillark pour les puristes). Pour les trois du fonds qui ne connaissent pas, c’est une créature blanche, qui requiert un mana blanc et 4 mana de n’importe quelle couleur pour être posée

De nombreux decks ont été fabriqués autour de cette carte, notamment en bleu/blanc, car ces couleurs ont la capacité de faire « scintiller » la créature de plusieurs manières (c’est-à-dire la faire partir et revenir sur le champ de bataille instantanément), ce qui est plutôt pratique pour déclencher la capacité de Sirlidiane à répétition. Sans compter sur les cartes comme Pastenuage planefaille, Métamorphe phyrexian, les différents Clones et pour finir le majestueux mais néanmoins controverse Mage réflecteur.

Même si j’aurai pu me lancer dans la création d’un deck comme celui-ci, j’ai décidé d’emprunter une autre voie pour faire partir et revenir ma Sirlidiane de manière récurrente, celle de Saffi Eriksdotter.

Saffi Eriksdotter

Vous comprenez où je veux en venir ? Lorsque Sirlidiane quitte le champ de bataille une créature de 2 de force est remise en jeu depuis le cimetière et Saffi Eriksdotter a le pouvoir de se sacrifier pour ramener une créature qui est allé dans le cimetière ce tour ci. Et comme vous pouvez le constater Ancêtre de la tribu Sakura est aussi à sa place, puisqu’il peut revenir pour se sacrifier à nouveau afin de nous accélérer.

Grand gargadon Magic The Gathering

Donc jusqu’ici tout va bien mais je vois un problème, comment faire pour sacrifier Sirlidiane pour qu’elle aille au cimetière (et de préférence plusieurs fois pour que ce soit vraiment rentable) ?
Pour ça nous avons notre ami le Grand Gargadon. Bien entendu, nous le jouons pour son coût de suspension et nous pouvons commencer à sacrifier à tout va. Si ces trois cartes se trouvent sur table, vous pouvez assumer que vous posez une 9/7 célérité pour 1, car la boucle ne s’arrête pas tant qu’il y a une source de sacrifice.

Les moteurs de pioche

Bon ce n’est pas mal tout ça, mais le deck reste très dépendant de ses trois cartes, il lui faut quelques accélérateurs et Sirlidiane, même avec beaucoup de mana, ne pointe pas le bout de son nez avant le tour 4 dans le meilleur des cas. Faut-il l’avoir en main avec une Saffi Eriksdotter et un Grand Gargadon. Pas évident. Dans le doute on en met quatre de chaque mais ça ne sera pas suffisant.

Vagabond des pensées Magic The Gathering

Pour pallier à ce problème il y a le Vagabond des pensées qui vous fait piocher deux cartes quand il arrive en jeu. Il est au cimetière d’accord, mais il peut revenir très vite ! D’ailleurs, si je possède déjà une Saffi Eriksdotter sur le board, il ne faut pas hésiter à la sacrifier pour le remettre en jeu et piocher deux autres cartes.

La protection contre l’aggro

Épisseuse de lames Magic The Gathering

Et je vais devoir me protéger aussi, car il suffit de deux ou trois bêtes en face et ça devient vite compliqué pour moi ! La première manière de se protéger face aux créatures adverses, c’est d’avoir assez de bêtes soi-même pour bloquer tout ce qui veut nous foncer dessus. Pour ça, Episseuse de lame est un vrai bonheur et encore une fois, à sacrifier et à faire revenir autant que possible !

Avemain gardefaille

La deuxième façon c’est de se renflouer question point de vie : Avemain Gardefaille est un petit bijou dans ce deck. Il arrive, il part, il revient, il repart, bref plein de point de vie qui vous permettront de supporter l’agressivité adverse.

Bonnet-rouge meurtrier

La troisième façon c’est de tuer les créatures de l’adversaire et je ne joue ni éphémère, ni rituel pour ça il y a le Bonnet rouge meurtrier qui colle sa force à une cible créature ou joueur. Sa persistance lui permet donc de coller 3 dans un tour, sous réserve de le sacrifier immédiatement après son arrivée.

Les autres cartes utiles

Carapace de nantuko

La Carapace de Nantuk n’est là que pour partir en combo illimitée, avec elle le sacrifice c’est constant.

Carapace de nantuko

La Boue acide est assez magique dans ce deck, car outre son aspect pratique de détruire les enchantements et artefacts adverses, elle peut aussi exploser directement les terrains de votre ami qui va pleurer en voyant tout son mana disparaître dans son cimetière.

Doublure

Et si Sirlidiane est au cimetière mais que tu n’as pas pu la ramener et que tu n’en as pas en main et que tout va mal ? Ne t’inquiète jeune éphèbe à la peau parfaite, pour ça la Doublure est là. C’est un clone de cimetière, qui peut copier n’importe quoi en fonction du besoin et qui peut aussi revenir grâce à Sirlidiane. Pas grand-chose à dire là-dessus, c’est un clone, c’est toujours pratique car polyvalent.

Pourquoi jouer avec ce deck ?

Parce que c’est drôle, polyvalent et que voir les mines déconfites de vos adversaires parce que vous avez détruit les terrains de tout le monde, sorti votre bibliothèque et que vous les tuez à grand coup de Gargadon énervé est véritablement priceless.

Après je ne vais pas vous mentir, à un certain niveau de la partie, vous risquez de jouer tout seul car votre boucle infinie… Bah elle est infinie et vous n’avez parfois pas la carte nécessaire pour tuer l’adversaire, ce qui peut allonger les parties et les rendre très ennuyantes.

Mais le deck vraiment cool et pour une partie multijoueur, rien n’est plus exceptionnel que de voir tous vos amis, avec un goût amer de défaite cuisante dans la bouche, qui vous fonce dessus dès le tour 2 car « sinon on t’arrêtera plus après ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*