Les planeswalkers : comment jouer avec / contre ?

Liliana du voile.png

Les planeswalkers (anciennement arpenteurs) sont un type de carte plutôt récent dans Magic The Gathering, mais leur apparition a eu un vrai impact sur le jeu. Pourtant, la plupart des joueurs débutants ou casual ne s’en servent que très peu, voire pas du tout. Voici les raisons que j’ai pu identifier :

  1. Ce type de carte les rend perplexes, ils ne savent pas bien comment s’en servir
  2. Ils n’en voient pas l’interêt
  3. Ces cartes sont trop coûteuses à l’achat

Magic the Gathering propose pourtant de nombreux decks de débutant qui contiennent un planeswalker. Ils ont même spécifiquement créé des cartes pour interagir avec eux : Visage de Bolas et Guêpe de la fin tragique pour le deck de planeswalker Bolas par exemple.

Deck arpenteur Bolas

Et pourtant, on trouve de très nombreuses questions au sujet des planeswalker sur les forums de discussion et les réseaux sociaux. Alors, une bonne fois pour toute : un planeswalker, qu’est-ce que c’est et comment on s’en sert ?

Historique des planeswalkers

Replaçons les choses dans leur contexte. À l’origine, à partir du moment où vous vous saisissez d’un deck pour jouer une partie, vous et votre adversaire devenez des planeswalkers.

Et oui, à l’origine Magic a été conçu pour que deux mages s’affrontent l’un l’autre en faisant appel à de puissants sorts grâce à l’énergie des différents plans du multivers (grosso modo).

Multivers Magic The Gathering

Il faut juste savoir que le multivers, dans Magic The Gathering, c’est un peu comme l’illustration ci-dessus : un ensemble de mondes qu’on appelle des « plans » et parmi lesquels les planeswalkers ont le pouvoir de se déplacer.

Les cartes que vous utilisez appartiennent à des plans du multivers : Amonkhet est un plan. Ravnica aussi. Et Mirrodin. Etc etc…

Donc, en résumé : un planeswalker est un mage doté de puissants pouvoirs et capable d’interagir avec le multivers.

Concrètement, dans Magic The Gathering, les premiers planeswalkers sont apparus en 2007 dans l’édition Lorwyn qui avait un thème tribal très prononcé : gobelins, ondins, sangamis, etc. Les planeswalkers étaient alors au nombre de 5, un par couleur.

On avait : Ajani CrinièredorJace BelerenLiliana VessChandra Nalaàr et Garruk Languebestion.

Et immédiatement, chacun a su trouver sa place sur les tables de jeu. Je me souviens particulièrement de la première fois que je me suis retrouvé contre un Garruk Languebestion. J’étais un pauvre débutant qui jouait un deck préconstruit Mirrodin et mon adversaire m’a littéralement écrasé en générant une tonne de mana.

Mais tous les joueurs se sont rapidement adaptés.

(Enfin presque, sinon je ne serais pas en train d’écrire.)

Aujourd’hui il existe de nombreux planeswalkers, et des nouveaux visages apparaissent chaque année parmi eux. Si leur histoire vous intéresse, rendez-vous sur le site officiel : page Planeswalkers.

Qu’est-ce qu’un planeswalker ?

Je vous présente Domri Rade, c’est lui qui va servir de cobaye qu’on va disséquer pour comprendre c’est quoi qu’un planeswalker qu’il fonctionne comment.

A) Nom du planeswalker

Bonjour Domri Rade. Chaque planeswalker, tout comme les créatures légendaires, a son propre nom car ce sont des personnages uniques dans l’histoire de Magic.

Le nom a son importance car les planeswalkers sont soumis à la règle des légendes qui dit « si vous contrôlez deux permanents légendaires du même nom, sacrifiez en un ».

En gros : vous pouvez avoir Ajani Crinièredor et Ajani l’inébranlable en jeu en même temps, mais pas deux fois Ajani l’inébranlable.

B) Coût de la carte

Un planeswalker possède un coût, comme tous les sorts dans Magic. Lancer un planeswalker est un sort, de ce fait il passe par la pile et peut tout à fait être contrecarré.

Il est également possible de se défausser d’une carte de planeswalker, de se faire renvoyer le sort en main, etc.

C) Type de carte

Planeswalker est un type de carte, tout comme Créature, Enchantement, Rituel, etc.

Ici par exemple, Domri Rade est de type Planeswalker Domri Rade.

Un planeswalker est un permanent. Il n’est pas considéré comme un joueur, ni comme une créature. À ce titre, il n’est pas affecté par ce qui affecte les créatures : Lame du destin, Chemin vers l’exil, etc.

Il est possible d’attaquer un planeswalker avec des créatures, au même titre que si l’on attaquait un joueur. Il suffira alors de déclarer certaines de nos créatures attaquantes sur le joueur et d’autres sur son planeswalker. Au joueur défenseur de choisir comment il souhaite les bloquer.

Il est également possible de cibler un joueur avec un sort, par exemple une Foudre, puis de rediriger les blessures vers l’un de ses planeswalker. Cela marche aussi avec des sorts comme Tremblement de terre, on choisit si c’est l’adversaire ou un de ses planeswalkers qui subira les blessures.

D) La loyauté

Chaque planeswalker commence avec un certain nombre de marqueurs que l’on nomme « marqueurs loyauté ».

La règle exacte serait plus précisément : « Ce permanent arrive sur le champ de bataille avec un nombre de marqueurs loyauté égal à sa loyauté imprimée ».

Cela signifie que les effets qui affectent les marqueurs, comme par exemple l’enchantement Saison de dédoublement, affectent également les marqueurs loyauté. Si j’avais une Saison de dédoublement sur le champ de bataille au moment où je joue Domri Rade, celui-ci arrivera avec 6 marqueurs loyauté au lieu de 3.

Si la loyauté d’un planeswalker descend à 0, il est mis au cimetière. Un point c’est tout, qu’il soit indestructible ou non. Les cartes comme le Parasite de maléfice sont donc très efficaces contre eux.

Les blessures infligées aux planeswalkers retirent autant de marqueurs loyauté. Par exemple, jouer une Foudre sur Dormi Rade lui inflige 3 blessures et donc lui retire 3 marqueurs loyauté.

E) Les capacités de loyauté

Les capacité d’un planeswalker sont des capacités activées. Cela signifie qu’elles nécessitent un coût pour pouvoir être activées.

Le coût, ici, est indiqué par [+N], [0] ou [-N], où N est le nombre de marqueurs loyauté à ajouter ou retirer du planeswalker pour activer la capacité.

Puisque le fait d’ajouter des marqueurs ou d’en retirer est un coût, cela signifie qu’il ne passe pas par la pile : seule la capacité part en pile. On ne peut pas répondre à la première capacité de Domri Rade par une Foudre pour l’empêcher de se résoudre : le marqueur loyauté est déjà ajouté sur le planeswalker.

Pour + d’infos sur la pile, voir l’article : La pile pour les nuls.

Les capacités de loyauté ne peuvent être activées que lorsque vous pourriez jouer un rituel.

Vous ne pouvez activer qu’une seule capacité de loyauté par planeswalker par tour. Cela signifie que vous ne pouvez activer qu’une seule capacité de Domri Rade pendant votre tour. Mais si vous avez Domri Rade et Garruk Languebestion, vous pouvez activer une de leur capacité à chacun.

Comment jouer contre un planeswalker ?

Lorsqu’on débute, il peut arriver de tomber sur un joueur plus expérimenté qui joue des planeswalkers. L’erreur la plus commune est de se dire que ce n’est pas très grave et que l’adversaire ne bénéficie que d’un léger avantage.

Bon, bien-sûr c’est faux.

Pourquoi faut-il se débarrasser d’un planeswalker rapidement ?

Un planeswalker peut sembler inoffensif, mais il ne faut pas s’y fier : ils sont dangereux. À part peut-être Tibalt Sang-de-démon, lui il n’est franchement pas terrible, c’est dommage car il a vraiment la classe.

Un planeswalker est une menace à éradiquer. En effet, les planeswalkers permettent à leur contrôleur de bénéficier d’un panel d’avantages à chaque tour. Leurs capacités permettent d’avancer plus vite, d’obtenir des synergies avec d’autres cartes du deck et de réagir plus facilement. Ils apportent tout un lot de solutions, sans parler de la dernière capacité (l’ultime) qui est synonyme de victoire.

Jace, détisseur de secrets (ci-dessous), est un exemple de bon planeswalker à la fois bon marché et utile en toutes circonstances.

Jace, détisseur de secrets

Je recommande également de se débarrasser d’un planeswalker rapidement. En effet, plus vous attendez et plus le planeswalker sera difficile à maîtriser car ses marqueurs loyauté devraient augmenter. Détruisez-le dès que possible et surtout avant qu’il puisse activer sa dernière capacité.

Enfin, lorsque votre adversaire joue un planeswalker, il dépense du mana et une carte dans l’espoir d’obtenir un avantage sur le long terme. Supprimez le planeswalker rapidement et ce sont autant de ressources perdues par votre adversaire.

Comment se débarrasser d’un planeswalker ?

Plusieurs solutions sont disponibles.

Éliminer votre adversaire. Si vous êtes en position de force et que vous pouvez démolir votre adversaire en 1 ou 2 tours, foncez et ne vous occupez pas du planeswalker. C’est risqué, mais c’est parfois la meilleure option.

Attaquer directement le planeswalker. C’est une bonne option si votre adversaire n’a pas de quoi le protéger. Malheureusement, s’il a décidé de jouer un planeswalker, c’est qu’il peut généralement le défendre. Misez alors sur des créatures avec le vol, le piétinement ou tout simplement imblocables.

Préparez votre deck à cette éventualité. Pensez-y. En effet, les planeswalkers font aujourd’hui partie du paysage de Magic et il ne sera pas rare d’en croiser lors de vos parties. Alors autant y être bien préparé.

Jouez des cartes qui vous permettront de vous débarrasser à la fois d’une créature gênante et/ou d’un planeswalker, comme par exemple l’excellente Chute du héros, ou encore Commandement de Silumgar :

Chute du héros

Les cartes à dégâts direct sont également une bonne option : Charme de Boros, Foudre, etc :

Foudre

Vous pouvez également vous tourner vers des solutions qui vous débarrasseront d’un permanent, comme Annulation angoissée, Réveiller la bête ou Cercle de l’oubli :

Annulation angoissée

Réagir avant que le planeswalker n’arrive : pas besoin de se débarrasser d’un planeswalker s’il n’arrive jamais sur le champ de bataille, pas vrai ? De manière générale, lorsque vous jouez face à quelqu’un susceptible d’avoir un planeswalker en main, gardez bien votre Fuite de mana sous le coude. Vous pouvez aussi vous en débarrasser avec une bonne vieille Contrainte, Dédain, etc :

Contrainte

Comment jouer avec un planeswalker ?

On a vu comment se débarrasser d’un planeswalker. Mais alors, si on décide d’en jouer un, comment le protéger ?

Préparer le terrain

Ne jouez pas votre planeswalker si jamais l’adversaire possède 3 créatures avec le vol et vous aucune. À moins que votre planeswalker soit un monstre comme Ugin, le dragon-esprit capable de faire du ménage et d’encaisser des dégâts, restez méfiants.

Préparez vos défenses :

  • Jouez quelques créatures et/ou jetons afin de bloquer en cas d’attaque.
  • Si vous avez des éphémères en main, essayez de conserver du mana afin d’être en mesure de réagir.
  • Attendez que votre adversaire ait engagé ses terrains afin d’éviter un Contresort.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle un planeswalker capable de se protéger seul, comme Elspeth, chevalière errante ou Vraska l’Inapparente sont de bons planeswalkers.

On reconnaît d’ailleurs un bon planeswalker s’il respecte quelques conditions :

  • La capacité de se protéger lui-même
  • Une synergie entre sa première et sa seconde capacité
  • Un ultimate (dernière capacité) effrayant
  • Un rapport coût/puissance justifié

Tous les planeswalkers ne suivent pas cette règle, mais de manière générale ce sont de bons indicateurs.

Essayer de tirer le maximum de bénéfice de votre planeswalker

OK, votre planeswalker est en jeu. Et maintenant ?

Vous avez la priorité car vous êtes le joueur actif. Donc n’hésitez pas à utiliser immédiatement l’une des capacités de votre planeswalker. Vous vous assurez ainsi un minimum de rentabilité, surtout si cette capacité vous fait piocher et/ou supprime une menace adverse.

Ob Nixilis ravivé

Gardez également à l’esprit que votre planeswalker n’est pas éternel. En fait, il mourra certainement avant d’arriver à suffisamment de marqueurs loyauté pour activer sa capacité ultime.

Alors n’hésitez pas à utiliser ses capacités [-N] si vous en éprouvez le besoin. Ces capacités sont généralement plus intéressantes que les [+N].

Narset transcendante

Votre planeswalker se fait attaquer. On bloque ou pas ?

C’est une question épineuse, car elle est à traiter au cas par cas.

La réponse dépendra du nombre de ressources à sacrifier pour protéger votre planeswalker, comparé au bénéfice de le conserver.

En gros, si vous êtes obligé de sacrifier toutes vos ressources (sorts et créatures) pour protéger un Ajani, meneur de la bande avec seulement 1 marqueur loyauté restant… Bon, clairement, ça ne vaut pas le coup.

Mais si vous êtes sur le point d’obtenir l’ultime de Venser le Séjourneur et qu’il faut sacrifier 2 ou 3 créatures pour le sauver, ça mérite réflexion.

Venser le Séjourneur

De plus, les dégâts que prend votre planeswalker sont des points de vie que vous ne perdez pas. Alors si votre adversaire envoie toutes ses créatures sur votre planeswalker, considérez que vous venez de gagner un tour de répit.

Un planeswalker fait peur, profitez-en pour détourner l’attention de votre adversaire de votre véritable objectif.

Si votre adversaire dépense toutes ses ressources pour supprimer votre Vraska l’Inapparente, il n’aura plus rien pour lutter contre votre combo ou prochaine créature.

Conclusion

Voilà, maintenant vous savez ce qu’est un planeswalker, comment ça fonctionne, ce qu’on peut faire avec et comment lutter contre.

Si vous décidez de jouer un planeswalker, ne le faites pas simplement « parce que c’est trop fort, lol ». Oui, les planeswalkers sont de très bonnes cartes, mais c’est au sein d’une stratégie mûrement réfléchie et en synergie avec vos autres cartes qu’ils révèlent leur plein potentiel.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à me le faire savoir en commentaire et à le partager avec votre communauté !

Et, d’ailleurs, j’en profite un instant pour vous annoncer que maintenant Magic Casual est sur Facebook ! Alors n’hésitez pas à aimer la page pour ne plus rater les nouveaux articles 😉

14 Comments

  1. bonjour
    Attention grave erreur dans ton point A, tu ne peux pas avoir 2 planewalkers de même type en jeu , pas avoir 2 ajani par exemple, en raison de la règle des légendes. Tout les planeswalkers sont définis mainteant comme suit :
    légendaire planeswalker:nom du planeswalkers (exemple ajani ou jace ) du coup la régles des légendes s’appliques à eux . si tu a un ajani crinedor et un inébranlble , ils sont définis tout 2 comme un ajani légendaire identique donc tu en garde que 1 .

    • Hello et merci pour ton commentaire ! Le règle que tu cites est l’ancienne règle, elle a été modifiée lors de la sortie d’Ixalan 🙂
      « Par exemple, si vous contrôlez Jace, mage de l’esprit ingénieux et lancez Jace, naufragé rusé, rien ne se passe. Vous pouvez garder ces deux planeswalkers, car ils ont des noms complets différents. Mais si vous lancez un second Jace, mage de l’esprit ingénieux, vous mettez l’un d’eux dans votre cimetière. »
      Source : https://magic.wizards.com/fr/game-info/story/planeswalkers/how-planeswalker-cards-work

    • euh moi aussi je me trompes tu peux bien avoir 2 ajani différent car on se base sur le nom de la carte (inscrit en haut à gauche et non plus sur le type de planewalker ) comme dans la règle précédente d’unicité des planeswalkers cela a été simplifié. désolé

    • Oui la mise à jour est assez récente. En ce qui me concerne je ne suis pas très fan de cette simplification, mais on n’a pas trop le choix hein ! 🙂

    • Alors je crois que tu m’as perdu là ! ^^

      Je récapitule. Lorsque tu as Venser le Séjourneur (ou tout autre planeswalker) sur le champ de bataille, tu peux activer l’une de ses capacité à chaque tour. On est bien d’accord ?

      Le fait d’activer une capacité implique un coût + un effet.
      Le coût : ajouter ou retirer des marqueurs loyauté du planeswalker.
      L’effet : c’est simplement ce qu’il y a de marqué sur la capacité.

      Donc si je prends l’exemple de Venser, chaque tour tu peux activer l’une de ses trois capacités. Si tu décides d’activer la 1ère, tu lui ajoutes 2 marqueurs et tu fais l’effet de la capacité, à savoir « Exilez le permanent ciblé que vous possédez. Renvoyez-le sur le champ de bataille sous votre contrôle au début de la prochaine étape de fin. »

      Les marqueurs loyauté (sauf indication contraire due à une autre carte), n’augmentent pas tout seul. J’ai répondu à ta question ? 🙂

  2. Coucou excellent article , juste deux questions , je débute , peut ont augmenter les marqueurs loyauté des que le planeswalkers arrive en jeu afin d’activer sa première capacité ? Autre question , exemple je joue Venser le séjourneur son + est de 2 j’augmente donc de 2 à chaque tours ? Genre t1 il arrive il passe à 5 ? Tour d’apres a 7 puis 9 etc ?

    • Hello et merci pour ton retour ! Pour répondre à tes questions :
      1) Oui tu peux activer la capacité d’un arpenteur dès son arrivée en jeu.
      2) Pour Venser le Séjourneur, sa première capacité lui ajoute effectivement 2 marqueurs loyauté.

    • Hello et merci pour ton retour ! Oui, tu peux tout à fait cibler un Planeswalker avec Proscription, Cercle de l’oubli, etc.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*