Quand faut-il contrecarrer ?

Contresort Magic The Gathering

Hello, aujourd’hui on va voir un petit point de règle dans Magic The Gathering : quand faut-il contrecarrer un sort ? On ne va pas répondre à la question d’un point de vue stratégique, mais plutôt d’un point de vue respect des règles, de la priorité, la pile, tout ça.

La raison à cet article, c’est cette actualité au sujet du GP Warsaw 2018 : le joueur Christian Seibold a été disqualifié pour avoir contrecarré un sort au mauvais moment.

Ouais. Disqualifié. Comme quoi, il faut parfois se méfier.

Mais comment c’est possible, me direz-vous ? C’est ce qu’on va voir tout de suite.

ATTENTION : Cet article va rentrer dans le détail de la pile. Si le concept de pile est nouveau pour vous, ou que vous n’êtes pas au point, voici un petit récapitulatif de ce qu’il faut savoir : la pile pour les nuls.

Update : Christian Seibold, le joueur disqualifié, s’est exprimé à ce sujet.

Ça n’enlève rien à l’article, mais les juges ont visiblement été un peu dur avec lui. Son action serait née d’une mauvaise communication. Pas d’une mauvaise foi.

Voir l’explication de Christian Seibold

Le shortcut

Quand on joue entre potes, sans le savoir on utilise ce qu’on appelle le « shortcut ». Voici ce que nous dit MTG Wiki à ce sujet :

En termes de règles générales, le « shortcut » représente une dispense officieuse des formalités de certaines actions du jeu afin de rendre le jeu plus fluide, par exemple déclarer un nombre pour une boucle non-infinie au lieu de réaliser la boucle ce nombre de fois.

Le « shortcut » est donc un raccourci pour simplifier les parties.

Dragon shivân

En gros, si j’ai un Dragon shivân sur le champ de bataille et que je veux activer sa capacité 15 fois, voilà ce que je devrais normalement faire :

  1. Engager une montagne et déclarer : « j’active la capacité de Dragon shivân pour lui donner +1/+0. »
  2. Donner la priorité à l’adversaire et attendre de voir s’il répond.
  3. Si l’adversaire ne fait rien, on résout la pile : mon Dragon shivân gagne +1/+0.
  4. On recommence. Encore 14 fois.

Sauf que c’est long et chiant. Du coup on dit simplement : « J’active 15 fois la capacité de mon Dragon shivân pour lui donner +15/+0 ». Si l’adversaire veut répondre, alors on « rembobine » jusqu’au moment où il veut placer sa réponse. C’est le « shortcut ».

Ce qu’il s’est passé à Warsaw

Ce qu’il s’est passé à Warsaw, c’est quelque-chose qui nous arrive souvent sur les tables de jeu entre potes. Très souvent même. Et bien qu’on fasse ça dans un objectif de « fluidifer » la partie, ça ne tombe pas sous la règle du shortcut.

Voici ce qu’il s’est passé lors du tournoi d’après Epicstream:

  1. Julien Berteaux a lancé un Tribunal du Conclave.
  2. Christian Seibold a demandé : « Ok, mais tu cibles quoi ? »
  3. Julien a répondu en désignant un permanent de Christian.
  4. Christian a alors tenté de contrecarrer le Tribunal du Conclave avec Dissimulation fourbe.

Et c’est comme ça que Christian Seibold a été disqualifié.

Tribunal du Conclave

Vous comprenez où est le problème ?

Du point de vue de la pile, voilà ce qu’il s’est passé :

  1. Julien met le sort Tribunal du Conclave en pile. À ce moment là, il n’a pas besoin de déclarer de cible.
  2. Julien laisse la priorité à Christian au cas où celui-ci souhaite répondre, conformément aux règles de Timing et priorité.
  3. Christian aurait dû contrecarrer à ce moment là, mais à la place ce dernier demande quelle est la cible de Tribunal du Conclave.

Or, c’est seulement au moment où le Tribunal du Conclave arrive sur le champ de bataille que sa capacité se déclenche et qu’une cible doit être désignée.

Julien en a donc conclu que la pile avait été résolue, et que le Tribunal du Conclave était arrivé sur le champ de bataille. La capacité de l’enchantement a donc été mise en pile, et Julien a déclaré la cible.

Christian ne pouvait plus contrecarrer le sort, car celui avait été résolu.

En demandant à Julien quelle était la cible du Tribunal du Conclave, Christian a implicitement accepté que le sort de Julien se résolve : le Tribunal du Conclave était déjà arrivé sur le champ de bataille. Il n’était donc plus possible de le contrecarrer.

Christian, en tentant de contrecarrer le sort, a donc été disqualifié pour avoir manipulé le jeu de façon à obtenir un avantage. Il a tenté de duper son adversaire pour savoir s’il était nécessaire de contrecarrer le Tribunal du Conclave.

L’erreur classique

Et c’est là que j’aimerais vous mettre en garde. Ne vous est-il jamais arrivé de lancer un Cercle de l’oubli tout en disant : « Je lance un Cercle de l’oubli sur ton Dragon shivân » ?

Ou encore : « Je joue une Carcasse mécanique délétère sur ton Dragon shivân » ?

En réalité, en faisant ça, vous donnez une information capitale à votre adversaire. Celui-ci peut donc prendre une décision en connaissance de cause : si sa créature est ciblée, il sera donc plus enclin à vous contrecarrer.

Et ça, c’est extrêmement punitif, surtout en multijoueur où les cibles potentielles de votre Cercle de l’oubli sont sûrement très nombreuses !

Cercle de l'oubli

Voilà ce que vous devriez faire : 

  1. Annoncez : « Je lance un Cercle de l’oubli ».
  2. Si un adversaire vous demande « Tu cibles quoi ? », répondez avec un sourire « Faut voir… »

Et là, à ce moment, vous êtes tout à fait libres de négocier avec vos adversaires sur la cible que vous choisirez.

Car ce n’est qu’une fois arrivé sur le champ de bataille que la capacité de votre Cercle de l’oubli se déclenchera et qu’une cible valide devra être désignée. Il sera trop tard pour un contresort.

Et ça fonctionne sur toutes les cartes dont la capacité commence par « quand [cette carte] arrive sur le champ de bataille » : Mage lancevif, Chupacabra voraceSerpent mystiqueVenser, forgeur savant, etc…

C’est également valable pour tous les clones : Metamorphe phyrexianImage phantasmatiqueDoublure, etc.

Dans quels cas ça ne marche pas ?

Bien entendu, cela ne fonctionne pas pour toutes les cartes. Les éphémères et rituels, notamment, doivent désigner leur cible au moment où ils sont lancés.

Par exemple, vous ne pouvez pas attendre qu’une Foudre se résolve avant de désigner sa cible.

Foudre

En effet, la cible de la Foudre doit être désignée au moment où vous lancez le sort pour le mettre en pile.

Vous devez également désigner la cible de vos enchantements auras au moment où vous les lancez. Il ne vous sera pas possible de changer de cible au dernier moment.

Étreinte de Serra

Par exemple, vous décidez de lancer une Étreinte de Serra sur votre Grizzly alpin. En réponse, votre adversaire lance une Foudre sur le grizzly. Voilà à quoi ressemble la pile :

  1. Foudre qui cible le Grizzly alpin
  2. Étreinte de Serra qui cible le Grizzly alpin

On résout : le Grizzly alpin se prend la Foudre et meurt. Quand l'Étreinte de Serra devrait se résoudre, il n’y a plus de cible et le sort est contrecarré conformément aux règles.

Ce qu’il faut retenir

Bref, la conclusion de tout ça :

  1. Vos adversaires n’ont pas le droit de tenter d’obtenir de vous plus d’informations que nécessaire en invoquant le shotcut.
  2. Si vous jouez un permanent dont la capacité se déclenche quand il arrive sur le champ de bataille, attendez que le sort se résolve et que la capacité se déclenche avant d’annoncer votre cible.
  3. Soyez bien au point sur comment fonctionne la pile, vous en tirerez bénéfice.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à me le faire savoir en commentaire, à me poser vos questions et à le partager.

Vous pouvez aussi aimer la page Facebook de Magic Casual pour ne pas rater les prochains articles.

À bientôt !

6 Comments

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*