Spoilers L’âge de la Destruction : Notre avis

Ça y est, les trois premières cartes de la suite d’Amonkhet viennent d’être révélées ! Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a du lourd, du très très lourd… Alors, qu’est-ce que ça vaut pour nous, les joueurs casual ? C’est ce que nous allons voir dans cette analyse des trois premiers spoilers de L’âge de la Destruction.

Encore une fois, cette analyse est à destination des joueurs casual. Je ne parlerai pas de la place de ces cartes en T2, Frontière ou Modern. Des gens bien plus qualifiés que moi sont déjà en train de le faire. OK, c’est parti !

1) Nicol Bolas, Dieu-Pharaon

Nicol Bolas Dieu Pharaon

Bien-sûr, tous ceux qui suivent l’histoire de Magic The Gathering savaient que Nicol Bolas serait de retour. Alors, d’un point de vue jouabilité en casual, ça donne quoi ? Je n’irai pas par 4 chemins, ça tabasse.

Nous avons ici un nouveau Nicol Bolas à 7 manas, un de moins que l’ancien Nicol Bolas, planeswalker. Les couleurs sont toujours les mêmes, bien que le nombre de manas colorés nécessaires pour le jouer soit moins important. Un arpenteur à 7 manas, ça se joue bien en multijoueur casual ! Mais est-ce que ses capacités le permettent ?

Traduisons et analysons les capacités de ce nouveau Nicolas Bolas, Dieu-Pharaon ensemble ensemble :

+2 : L’adversaire ciblé exile les cartes du dessus de sa bibliothèque jusqu’à ce qu’il révèle une carte non-terrain. Jusqu’à la fin du tour, vous pouvez jouer cette carte sans payer son coût de mana.

Cette capacité est très forte. Si vous jouez à 4 ou 5 joueurs, vous aurez forcément un jeu adverse dans lequel piocher des cartes intéressantes. L’arpenteur arrive avec une loyauté de 7 (très costaud), son +2 peut potentiellement nous aider à le protéger. Parfait, ça commence bien.

+1 : Chaque adversaire exile deux cartes de sa main.

Là, ça devient vraiment intéressant : il s’agit bien de chaque adversaire. Un tel +1 nous garantit un card advantage très positif, surtout en multijoueur où l’on s’efforce de ne pas déballer son jeu trop vite.

-4 : Nicol Bolas inflige 7 blessures à l’adversaire ciblé ou une créature qu’un adversaire contrôle.

Cette capacité réduit la loyauté de Nicol Bolas à 3, donc à porté d’une Foudre. Cependant, 7 blessures suffisent parfois à terminer un adversaire déjà entamé et remporter la partie, notamment en Troll à deux têtes ou en Pentacle.

-12 : Exilez tous les permanents non-terrains que vos adversaires contrôlent.

Forcément, il fallait s’attendre à un ultime démesuré. S’il ne se passe rien, la partie est pliée en trois tours, quel que soit le nombre d’adversaires. Effrayant, même si on peut supposer qu’aucun joueur ne laissera Nicol Bolas arriver jusque là.

Conclusion : Pour moi, ce nouveau Nicol Bolas, Dieu-Pharaon saura certainement se glisser sur nos tables de casual multijoueur. Il a tout ce dont un joueur en multi a besoin : piocher dans les decks adverses, vider les mains et faire peser une lourde menace sur la table. Les prix ne sont pas encore annoncés, mais j’ai cependant bien peur que cet arpenteur soit assez coûteux. Il faudra certainement patienter afin qu’il sorte du format Standard pour le trouver à quelques euros seulement.

2) Bontu’s Last Reckoning

Bontu's Last Reckoning

Cette carte a comme un air de Damnation au rabais, n’est-ce pas ?

Analysons la carte de plus près : c’est un rituel pour 3 manas dont 2 noirs, qui indique de détruire toutes les créatures. Même si la régénération reste possible, c’est tentant. Il y a cependant un effet négatif : nos terrains ne se dégagent pas pendant notre prochaine étape de dégagement. Aïe, est-ce vraiment embêtant ?

Je ne pense pas que la carte sera jouée tour 3 en casual. Les parties sont plutôt longues et la carte sera vraisemblablement jouée dans les tours 5 ou 6 afin de maximiser son effet. Il restera donc, en théorie, 3 ou 4 terrains dégagés pour le tour suivant, en comptant celui qui sera joué. C’est suffisant pour jouer des anti-bête et/ou des contresorts afin de se protéger.

Conclusion : Je trouve cette carte bien plus intéressante qu’il n’y paraît de prime abord. Elle donne aux decks noirs la possibilité de vider la table efficacement et à bas coût (mana et euros). Son contre-coût est finalement acceptable pour un deck contrôle.

3) Samut, the Tested

Avant d’entamer l’analyse de cet arpenteur, je rappelle la règle de base qui détermine si un arpenteur est vraiment intéressant (sauf exceptions) :

  1. La capacité de se protéger lui-même
  2. Une synergie entre sa première et sa seconde capacité
  3. Un ultimate effrayant
  4. Un rapport coût/puissance justifié

Maintenant, observons si Samut, the Tested respecte ces conditions. L’arpenteur coûte 4 manas, ce qui le range dans la catégorie des arpenteurs vraiment intéressants en casual. Elle arrive avec une loyauté de 4, ce qui est plutôt costaud. Voyons ses capacités :

+1 : Jusqu’à une créature ciblée acquiert la double initiative jusqu’à la fin du tour.

Bon, OK, ça commence fort : cet arpenteur est agressif. Dès le tour où il arrive, une créature ciblée peut acquérir la double initiative et potentiellement infliger quelques dégâts. Les couleurs de l’arpenteur laissent à penser que des accélérateurs posés dès le tour 1 permettront de jouer l’arpenteur au tour 3 pour booster une créature jouée  le tour précédent, comme par exemple un Fanatique de Xénagos. Mais ce n’est qu’un scénario parmi tant d’autres.

Cette capacité ne permet néanmoins pas à l’arpenteur de se protéger lui-même. Au contraire, les créatures envoyées au combat ne pourront pas le défendre. Si l’adversaire décide d’attaquer Samut, the Tested plutôt que vous, vous aurez gagné un tour. Mais est-ce vraiment ce qu’on attend d’un arpenteur Gruul ?

-2 : Samur, the Tested inflige 2 blessures réparties comme vous le désirez entre une ou deux cibles, créatures et/ou joueurs.

Il s’agit ici ni plus ni moins qu’une Électrolyse. Je suppose que l’effet recherché est de représenter les deux coups donnés simultanément en deux endroits différents par la guerrière. C’est un effet intéressant car très versatile, mais perdre une loyauté de 2 pour ça, est-ce vraiment rentable ?

-7 : Cherchez dans votre bibliothèque jusqu’à deux créatures et/ou arpenteurs, mettez sur le champs de bataille. Mélangez ensuite votre bibliothèque.

Bien entendu l’ultime est toujours une capacité intéressante si on parvient à l’atteindre, ce qui est rarement le cas. Un nombre incalculable de cartes peuvent permettre d’obtenir la victoire grâce à cette capacité, mais il faudra alors protéger Samut, the Tested pendant 4 tours minimum. Avec des capacités aussi agressives, cela me semble compromis en terme de synergies.

Conclusion : Je me trompe peut-être, mais cet arpenteur me semble très moyen. Trop chère pour un deck zoo, trop exposée pour un midrange, incapable de se protéger elle-même, des capacités sans synergies entre elles… je ne pense pas que Samut, the Tested saura se glisser sur nos tables.

Voilà pour les trois premiers spoilers de l’extension L’âge de la Destruction révélés ! Êtes-vous d’accord avec notre avis, et si non pourquoi ?

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*