[Modern] Hapatra et les marqueurs

Bonjour à tous, c’est Fabien !

Ce mois-ci (ou plutôt ce trimestre-ci…), je vous présente un nouveau deck budget basé cette fois sur Hapatra, vizir des poisons !

Prix du deck : 53,40€
Testé sur Cardmarket via l’achat automatique le 11/05/2020

Ou : voir le deck sur Magic-ville

Allez c’est parti !

 

Principe du deck

Le but du jeu sera (sans surprise) de réduire les points de vie de votre adversaire soit via une attaque de démon (qui sont au nombre de 2 dans le deck), soit via la synergie Hapatra, vizir des poisons + Yaugzebul, médecin thran + Araignée des obélisques. Et le tout en se défendant soit grâce aux marqueurs -1/-1 distillés sur les créatures adverses, soit avec nos Serpents contact mortel.

 

OK pas de panique, j’ai compris, on va détailler les cartes…

Les cartes clés du deck

L’épouse

À tout seigneur, tout honneur, on va donc commencer par Hapatra, vizir des poisons.

            Encore une prétendante au Trône de fer.

Cette humaine sera l’une des clés de voûte du deck. En effet, il s’agit de notre fournisseur de jetons qui serviront à nous défendre et/ou à être sacrifiés. Dès qu’un marqueur -1/-1 sera posé sur n’importe quelle créature (les vôtres comme celles de l’adversaire), hop, on obtient un token (= un jeton de créature) !

Toutes nos créatures ont un effet direct avec Hapatra :

Si la situation le permet, n’hésitez pas à attaquer avec Hapatra. L’avantage de notre épouse, c’est qu’elle est autonome. Une simple touchette sur l’adversaire = 1 marqueur = 1 jeton.

Vous l’aurez compris, le reste du deck va consister à profiter de ces deux effets : poser des marqueurs -1/-1 pour créer des jetons, qu’on va ensuite sacrifier.

Notons tout de même qu’Hapatra vous laisse le choix de poser un marqueur ou non. Ça n’a l’air de rien, mais ça évite qu’elle se mette elle-même des marqueurs dans le cas où elle est la seule créature sur le champ de bataille.

Pour accompagner notre cher Hapatra dans la famille des créatures sournoises, on va lui présenter son mari : Yaugzebul, médecin thran.

Le mari

                   « Bien sûr que je prend la carte vitale »

Yaugzebul, ce brave coquinou, va en effet nous permettre d’abuser de la capacité d’Hapatra.

La capacité activée qui nous intéresse le plus, c’est la première, celle qui fait piocher et qui pose des marqueurs. Le sacrifice sera alimenté par les jetons ou encore les Fourbes de cuisine. Cette capacité est extrêmement intéressante avec Hapatra : on sacrifie un jeton, on perd 1 PV et on pioche une carte, puis on met un marqueur. Ce dernier marqueur déclenche Hapatra, qui créé un jeton. Du coup on sacrifie un jeton, et ça recommence… Vous voyez où je veux en venir ? On va détailler ça plus loin !

Sa deuxième capacité vous permettra tout simplement de créer un nouveau token en proliférant (on prolifère, ce qui ajoute un marqueur, et donc produit un token grâce à Hapatra). Il suffit que plusieurs créatures aient des marqueurs, et c’est très vite la fête.

De plus, la protection contre les humains n’est pas à jeter, loin de là. Les humains sont un sous-type de créature très répandu, notamment en Modern. Cette protection est bien utile. Attention tout de même : à cause d’elle, (ou grâce ?) vous ne pourrez pas cibler Yaugzebul avec sa propre capacité pour lui mettre un marqueur.

Allez je vous présente la troisième pièce essentielle du deck en offrant un animal de compagnie à notre couple : l’Araignée des obélisques.

L’animal de compagnie

            Je ne vous raconte pas la taille de la laisse.

Pour commencer, cette petite araignée est un bon bloqueur. De plus, elle va poser des marqueurs en toute impunité et même nous offrir le luxe de partir dans un combo pour gagner la partie.

Le détail du combo : On commence avec Yaugzebul, qui sacrifie une créature pour poser un marqueur -1/-1 en échange de 1 PV et nous fait piocher 1 carte. Ce marqueur va activer Hapatra et l’Araignée qui vont respectivement créer un jeton, faire perdre 1PV à chaque adversaire et nous faire gagner 1 PV (on vient donc de rééquilibrer nos PV). Et comme on vient de créer un jeton, on recommence, car on peut le sacrifier. Donc tant qu’on peut poser des marqueurs, on ne s’arrête pas ! Chaque boucle fait perdre 1 PV à chaque adversaire, nous fait poser 1 marqueur et piocher 1 carte.

Il ne faudra d’ailleurs pas hésiter à poser nos marqueurs sur nos propres créatures ! Si vous avez donc Hapatra, son pote Yaugzebul et l’Araignée en jeu, ça sera quasiment la victoire.

Son body et sa capacité font de cette araignée un parfait soldat de la défense. Elle peut, à elle seule, contenir l’assaut d’un Limon prédateur qui aurait dans l’idée de devenir trop gros par exemple. Un oiseau veut venir ? Pas de souci, la portée est là pour régler le souci. C’est un fidèle lieutenant pour Hapatra et Yaugzebul.

Comment obtient-on des marqueurs, et donc des jetons ?

Hapatra c’est bien mais si on ne la remue pas un peu, elle a tendance à s’endormir sur ses lauriers. Si on veut avancer, on doit mettre des marqueurs -1/-1 pour créer des jetons. Du coup, on va l’entourer de créatures qui vont bien l’aider dans cette tâche. Pour commencer, nos deux accélérateurs :

La Druidesse dévouée va nous accélérer, certes, mais elle va surtout activer la capacité d’Hapatra quand elle le souhaite (mais 2 fois seulement). Elle peut ainsi facilement déclencher l’apparition d’un jeton Serpent pour un blocage surprise par exemple.

Son acolyte est une autre druidesse. L’Adepte canaliseuse va vous permettre d’activer Hapatra dès son arrivée en jeu. Les trois marqueurs seront à mettre en priorité sur elle-même, afin de pouvoir générer du mana. On se retrouve alors avec une 0/1 qui va grossir petit à petit tout en générant du mana. Plus tard dans la partie, on pourra facilement lui mettre des marqueurs dessus.

Pour compléter tout ce joyeux monde, on va intégrer un crocodile à la peau bleu, le bien nommé Éternel Ammout :

Si sa capacité semble être un gros défaut, dans ce deck il va se révéler en vérité un bel atout. En gros, chaque sort joué par l’adversaire équivaudra à nous refiler un serpent contact mortel (toujours grâce à Hapatra). Ensuite, le bloquer revient à perdre 3 PV (grâce à l’Affliction), mais si vous le laissez passer, elle redevient une 5/5. Un vrai dilemme. L’adversaire se demandera toujours quelle option choisir entre la peste et le choléra. C’est donc une bonne grosse bête qui pourra terminer un adversaire bas en points de vie.

Attention cependant aux sorts qui exilent comme Chemin vers l’exil. Vous gagnez un marqueur, certes, mais ce sera le seul. Dans un cas comme ça, si vous en avez la possibilité, sacrifiez le à Yaugzebul, histoire de ne pas tout perdre.

Ensuite, pour palier à notre propre manque de PV, on fera appel aux Fourbes de cuisine :

Ils vous font gagner 2 points de vie en arrivant, ils peuvent bloquer ou défendre sans crainte de mourir, et sont de belles cibles à sacrifier pour Yaugzebul. Très populaires contre aggro, ils m’ont sauvé plus d’une fois et ont totalement leur place dans ce deck.

De plus, lorsqu’ils reviennent après être morts une première fois, ils « gagnent » automatiquement un marqueur -1/-1, ce qui déclenche une fois encore de nombreuses capacités dans le deck.

Attention : ne mettez pas de marqueurs -1/-1 sur eux avant qu’ils ne soient mort une première fois, sous peine d’annuler la Persistance.

Pour finir, un challenger à Hapatra pour le titre de fournisseur officiel de tokens, le très utile Nid de scarabées :

Si Hapatra est moins cher et pose des tokens avec le contact mortel, le Nid de scarabées a un argument de poids : il va créer autant de jetons Insecte que de marqueurs qu’on pose. Une Adepte canaliseuse entre sur le board ? Hapatra va poser un Serpent quand le Nid posera trois Insectes. De plus, il est plus difficile de se débarrasser du Nid que d’Hapatra. Un vrai générateur de tokens comme on les aime.

Ces petits insectes vont littéralement pourrir votre adversaire. Si ses bêtes n’ont pas le vol ou le piétinement, ça va être un enfer de passer de simple 1/1 qui reviendront en masse.
D’autant plus que si Hapatra est légendaire, le Nid ne l’est pas et donc si vous en posez un deuxième, préparez vous à voir votre adversaire préparer sa corde…

Comment finir 

Exactement, et on va commencer par une grosse bête !

Les jetons, c’est bien, le combo c’est marrant mais si vous avez du mal à le trouver, j’ai placé un couple de Démon des catastrophes. Le sacrifice dans ce deck est un moindre mal, une fois posé, vous avez quand même une 6/6 qui vole et qui piétine. C’est pas trop mal finalement.

Et pour finir, une Vraska, reine des Golgari, qui ici s’intègre bien et qui peut s’avérer extrêmement utile une fois posée. Durant mes phases de tests, j’ai même gagné une partie avec son ultimate et 3 insectes face à un deck Meule et un Ouro, titan de la Rage de la nature en jeu (et j’étais fier comme un paon) ! Mais ce seront bien ses 2 premières capacités qui seront principalement utilisés.

Comment gérer le board adverse ?

En plus de pouvoir affaiblir les créatures adverses avec nos marqueurs et de détruire les créatures avec nos serpents, le deck contient un carré de Putréfier qui saura se débarrasser des gros thons adverses voir des artefacts gênant. La carte a fait ses preuves dans un optique budget et peut se débarrasser d’à peu près tout.

Ah non non, la carte est bien je vous jure…

La base de mana

La base est une base classique pour un deck bicolore budget : Trois Landes de Llanowar pour le choix, trois Dépression de jungle pour le gain de vie, un carré de Temple de la maladie pour le scry (posés au tour 1 vous êtes tranquilles) et des terrains de base. La petite touche exotique réside dans la Morteterre d’Ifnir qui à l’occase pourra être sacrifié pour mettre deux marqueurs (et ensuite déclencher une foule de capacités).

Si vous voulez en savoir plus sur la construction d’une manabase, n’hésitez pas à jeter un œil à l’article comment bien choisir ses terrains.

Les phases de test

Sans rentrer dans les détails, j’ai joué ce deck contre une multitude de decks différents (principalement méta) pour voir ce qu’il avait vraiment dans le bide. Et les résultats sont vraiment satisfaisants. J’ai notamment gagné contre Dredge, Simic Flash, Hardened Scales, Elemental et Burn (même si pour le dernier, je peux remercier les deux Fourbes de cuisine que j’avais en main). J’ai ensuite perdu contre Sultai Mill et un Mono Vert Dévotion maison.

La grosse faiblesse du deck Hapatra, c’est les créatures qui piétinent. Tant que l’adversaire a des créatures qui ne piétinent pas, même si elles sont énormes, vous pouvez les tenir éloignées de vos PV grâce aux serpents. Mais si vous rencontrez un Champion Feuille-Acier ou un Vorapède, il ne vous reste plus qu’à espérer l’arrivée du Démon des catastrophes ou de l’Ammout pour limiter les dégâts.

L’autre faiblesse du deck, ce sont les contresorts. Alors vous me direz que c’est la même faiblesse pour tout les decks et je vous répondrai :

Enfin, le deck Hapatra ne fait pas long feu si vous n’avez pas Hapatra ou le Nid de scarabées pour contenir les assauts de votre adversaire. Une Extraction chirurgicale m’a fait énormément de mal pendant l’une de mes parties contre Sultai Mill. Pour pallier à ça, j’ai mis en place un side standard que vous pourrez remodeler à votre metagame local.

Le Side

Allez, un récapitulatif facile à comprendre :

Oh, en y mettant de la mauvaise volonté tout est possible…

Les cartes recalées

Les cartes recalées présentées ici ont du potentiel. Donc n’hésitez pas à les essayer ou à créer des variantes du deck pour me dire ce que vous en pensez !

Tout d’abord, vous avez sûrement remarqué qu’il n’y a pas un seul slot à 1 mana. J’ai hésité avec les Elfes de Llanowar, les Elfes de l’ombre profonde ou même Rampetête ! Les deux elfes souffraient de la comparaison avec les deux druidesses.

Le Rampetête était idéal pour être sacrifié et aurait (depuis le cimetière grâce à la récupération) remis un marqueur +1/+1 sur un Fourbe par exemple. Mais il fallait couper quelque part.

                             Pauvre petite chose

Ensuite j’ai hésité à mettre Chévill, fléau des monstres. Déjà, son prix actuel m’a freiné et en mettre un seul n’aurai aucun sens. Ensuite, en occultant le prix, je trouve que Chévill est surtout une carte de side contre les jeux aggro (contre un Weenie White par exemple, il serait un vrai danger). Et dans mes slots à 2 manas, je suis déjà assez fourni.

Ensuite, pas recalée car je la teste actuellement dans le deck principal, Savra, reine des Golgari fait office de carte au bon potentiel. Son effet est très intéressant, j’attends donc de voir si elle peut au moins prendre la place de Storrev dans le side (et je pense que ça sera le cas).

                          En attente de ses résultats.

J’ai testé ensuite l’Hydre phyrexianne. Elle a un vrai potentiel, on pourrait même faire une version du deck qui jouerait sur le poison avec plus de créatures Infection par exemple.

                  Même Héraclès ne la vaincrai pas.

Le Déité des cicatrices à été recalé aussi. Bon, déjà je ne l’ai jamais pioché (véridique !). Mais au final, même s’il était une bonne cible aux marqueurs, j’ai préféré rajouter un Ammout. D’autant que le rapport coût/utilité n’est pas foufou.

Le Démon de la porte de la mort a vite été recalé pour sa perte massive de PV. Pas inintéressant, mais trop… « radical ».

Pour le fun, on aurait pu tester le Grand prêtre de Skirsdag. Je l’utilise dans un deck Zombie et cette carte est très drôle. Mais il fallait aussi réussir à la caser et finalement elle ne rentrait pas trop dans l’esprit du deck.

 

Comment améliorer le deck ?

Si l’envie vous prend de mettre un budget plus conséquent, commencez par la base de mana. Rajoutez des fetchs, des doubles terrains comme Tombeau luxuriant ou Cimetière des sylves et surtout, ajoutez une paire d’Abbaye du Val d’Orient. Le gros démon fera transpirer vos adversaires.

Pour les sorts, je ne saurai que trop vous conseiller les Décomposition abrupte et/ou Trophée de l’assassin.

Poussée fatale pour gérer les créatures et Saisie des pensées pour aller chercher les éventuels contres.

Côté créature, deux vrais ajouts et hyper importants : Messager de Geralf et Artisan fielleux.

Le Messager de Geralf est la meilleure carte à rajouter vu que vous pourrez la sacrifier à volonté avec Yaugzebul si vous avez un jeton à côté, voir le combo.

L’Artisan fielleux permet d’aller chercher rapidement vos créatures importantes comme Yaugzebul et/ou comme le Messager pour le combo ci-dessus.

Ensuite, je n’ai pas testé, mais vous pouvez aller faire un tour du côté du Nécroglisseur ou des Cendres croulantes.

Après à vous de voir ce que vous préférez. Vous pouvez rajouter d’autres Planeswalkers, partir sur un deck plus gestion, passer en tricolore, jouer avec les créatures Infection/Flétrissure etc… Le choix vous appartient !

Conclusion

J’espère que le deck vous plaira ! Personnellement j’ai commencé par une version non budget (vu que je joue sur Cockatrice), mais j’ai tellement pris de plaisir que j’ai fait cette version budget pour pouvoir me l’acheter IRL. Le deck est très fun, assez facile à piloter et offre une multitude de possibilités d’amélioration.

Dans tout les cas, n’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez en commentaires, tout avis est bon à prendre !

D’accord mais sinon? Quelqu’un d’autre?

Merci, merci, n’en faîtes pas trop !

Pour ne rien rater des prochains articles, n’hésitez pas à vous abonner à la page Facebook de Magic-Casual.
.
Vous pouvez également soutenir le blog sur Tipeee (et on vous offre une bière brassée maison !)
.
Merci d’avoir lu jusqu’au bout, et à bientôt !
.
Pierre & Fabien
.

6 Comments

  1. Bonjour je pensai booster les serpents avec le terrain qui donne +1 aux betes en standard pour diminuer l’impact des trample beasts. Merci pour ce partage qui est tres interessant.

    • Merci pour ce retour ! De quel terrain parles-tu ? je ne maîtrise pas bien le Standard et je n’ai pas vu passer ce terrain 🙂

    • Animal sanctuary pour 2 mana et tapped donne +1/+1 aux serpents.(tous les tours)
      Vraska donne +1/+1 pour des attaques réussies si les creatures ont le contact mortel.
      Ca les booste rapidement et c.est pas cher.
      C’est juste une idée.
      Merci pour ce site.

  2. Des articles de qualité comme toujours

    Pour ma part, dans une optique plus combo, je proposerai le Piquépine qui combote avec la druidesse dévouée et Idéal déchu, sous druidesse et générateur de token c’est boucle infini aussi

    • Salut Derhjaf, merci pour le retour!

      C’est marrant que tu parles de Piquépine parce que cette créature a été citée dans une conversation entre Pierre et moi. En effet, on peut partir sur un jeu combo et même ajouter un Rite de phtisie pour gagner instantanément. Comme je le disais en fin d’article, on peut partir sur différentes façon de jouer, le deck peut s’adapter à différentes stratégie. Là je partais sur Yaugzebul parce que je trouve qu’il est pile poil dans l’esprit du deck. Tout est question de feeling 🙂

    • C’est la nostalgie de l’ancien standard qui a parlée
      Yaugzebul est bien plus pro-actif comme plan de jeu

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*