Comment créer sa propre édition de cartes Magic ?

Comment créer sa propre édition de Magic ?

Il y a quelques jours, on a vu dans l’article « Comment créer et imprimer ses propres cartes Magic » les différentes techniques pour créer une carte Magic, l’imprimer et jouer avec.

Bon, et maintenant que vous savez créer et imprimer vos cartes Magic… Qu’est-ce qu’on en fait ?

Lorsque vous créez une carte fun, vous l’oubliez rapidement. Mais lorsque vous avez pris le temps d’innover et de créer une capacité originale, vous aurez peut-être envie d’aller plus loin.

Carte custom issue d’un set dédié à Dark Soul.
Source : Manaleak.com

C’est cette frustration et cette envie de construire qui poussent certains créatifs à concevoir entièrement leurs propres éditions de Magic.

Oui, vous avez bien lu : les mecs conçoivent et jouent avec des éditions complètes !

Et vous savez quoi ? Vous aussi vous pouvez jouer avec leurs éditions. Et même créer la vôtre !

Vous avez envie d’en savoir plus ? C’est parti !

SOMMAIRE

1) Trouver un thème, un univers
2) Créer les capacités
3) Équilibrer l’édition
4) Créer le squelette de l’édition
5) Créer les cartes
6) Partager et jouer avec votre édition en ligne
7) Jouer physiquement avec votre édition

DISCLAIMER : Ce qui va suivre est très résumé. En réalité, créer une édition, c’est un vrai métier. Il faut une grande connaissance de Magic et du « game-design » de manière générale pour produire un travail attrayant et équilibré. Je vous donne juste quelques astuces pour ne pas faire n’importe quoi.

1) Trouver un thème, un univers

Je pense que c’est la toute première étape et elle est cruciale.

Chaque édition de Magic The Gathering raconte une histoire qui se déroule dans un certain univers, avec des personnages mythiques. En fait, chaque édition est une occasion pour raconter une histoire et faire voyager les joueurs.

On a tous des cartes avec des illustrations qui nous font rêver. Moi ce sont souvent les terrains de base.

Ravnica forestCette forêt m’a fait voyager bien plus loin que certain romans.

Island RavnicaToujours sur Ravnica

Bref, vous devez avoir envie de raconter quelque-chose.

À partir de là, il y a deux approches possibles : scénaristique ou illustrative.

#1 Approche scénaristique

Il s’agit exactement du même exercice que pour écrire un roman. Chaque édition de Magic illustre une histoire dans laquelle se déroulent des événements, où évoluent des personnages… Et cette histoire possède un début, un milieu et une fin.

Plan de roman

Source : ecrire-un-livre.blogspot.com

Quelques conseils pour écrire une bonne histoire :

  1. Créez des personnages principaux. Ce sont eux qu’on va suivre au cours de l’histoire. Il peut s’agir d’une équipe soudée ou de héros qui n’ont rien en commun mais dont les objectifs vont les rassembler au même endroit et au même moment.
  2. Vos héros vont être confrontés à des menaces. Il peut s’agir d’un grand méchant, d’une horde, d’une invasion, parfois même une déchirure au sein du groupe, un duel entre deux frères (les débuts de Magic)… Bref, une épreuve à surmonter.
  3. A ce moment là vous pouvez fignoler l’univers, imaginer des lieux où vont se dérouler les différentes actions.
  4. Exposez grossièrement la trame : où est-ce que ça commence, où ça se termine, et qu’est-ce qu’il se passe entre les deux.

Avec ça, vous avez de quoi écrire une petite trame sur laquelle vous appuyer.

#2 Approche illustrative

Parfois, il vaut mieux partir des illustrations disponibles sur internet afin de concevoir votre histoire. C’est l’approche recommandée s’il vous manque une idée ou si votre thème est difficile à illustrer. À quoi bon créer une histoire de fou si vous ne trouvez aucune image qui correspond ?

Si vous choisissez cette approche, la technique est simple : promenez-vous sur Google Images, DeviantArt, ArtStation… Bref, épluchez le web pour trouver un maximum d’illustrations !

Parfois il suffit de quelques bonnes images pour trouver l’inspiration…
Source : AbelVera sur DeviantArt

Bien entendu, vous devriez choisir des illustrations qui sont cohérentes les unes avec les autres. Ne mélangez pas tous les univers et tous les styles d’illustration, ou votre édition ne sera qu’un gros patchwork sans âme.

À moins que ce ne soit le thème de votre édition, évitez de mélanger des illustrations futuristes avec des barbares à la Conan, par exemple.

Suite à ça, sauvegardez les images et rangez-les à votre convenance : factions, événements, personnages…

Astuce : nommez vos fichiers avec le nom de l’artiste ! On y reviendra plus tard, mais vous me remercierez.

2) Créer les capacités

Maintenant que vous avez une histoire à raconter et/ou des illustrations qui vous inspirent, vous pouvez créer les différentes forces qui vont s’affronter dans votre univers.

Par exemple, si vous avez choisi de vous inspirer de l’univers de Starcraft, identifiez les créatures / personnages / factions qui évoluent dans cet univers et imaginez des capacités pour chaque faction :

Source : Nerdist.com

Voici une méthodologie :

  1. Créer des factions en fonction de l’univers, et les diviser par couleurs.
  2. Attribuer à chacune des factions un style de jeu.
  3. Traduire ce style de jeu par des capacités.

On retrouve particulièrement cette méthodologie sur Ravnica avec son système de guildes :

Ravnica Gatecrash

Mais ce principe se retrouve également sur Ixalan (les tribus : dinosaures, pirates…), sur Amonkhet (les dieux), Khans of Tarkir (les clans)…

Khans of tarkir tribesKhans of Tarkir est un excellent exemple de factions bien définies
Source : MTG Shared Minds

A force de jouer à Magic vous avez forcément identifié un schéma assez répétitif dans la façon de concevoir les éditions.

C’est ce schéma qu’il vous faudra suivre.

Attention à bien respecter la roue des couleurs !

3) Équilibrer l’édition

Combien de créatures ? Combien d’enchantements ? Quel coût de mana en moyenne ? Vous allez vous poser un paquet de questions !

Allez, pour vous j’ai cherché quelques statistiques. Voilà de quoi est composée une édition en moyenne :

TYPES :

Artefacts non-creatures, non-equipements : 3%
Créatures-artefacts : 15%
Créatures non-artefact : 55%
Equipements : 1%
Enchantement non-auras : 5%
Enchantements auras : 5%
Éphémères : 14%
Rituels : 11%
Terrains non-base : 4%
Planeswalkers : 0,3%

COÛTS EN MANA :

Terrains : 4,4%
CMC 0 : 0,5%
CMC 1 : 11,5%
CMC 2 : 20,1%
CMC 3 : 21,1%
CMC 4 : 18,9%
CMC 5 : 12,3%
CMC 6 : 6,7%
CMC 7 : 2,8%
CMC 8 : 1,3%
CMC 9 : 0,4%
CMC 10 : 0,3%
CMC 11 : 0,1%
CMC 12 : 0,05%
CMC 13 : 0,00%
CMC 14 : 0,00%
CMC 15 : 0,05%

RARETÉ :

Commune : 43%
Unco : 27%
Rare : 24%
Mythique : 7%

Source : http://magicseteditor.sourceforge.net/node/3216

Bien entendu, ces chiffres sont une simple base sur laquelle vous appuyer, les proportions peuvent varier en fonction de votre univers ! Mais évitez de trop vous en éloigner. Pensez que certains joueurs auront envie de jouer avec des créatures, d’autres avec du contrôle, des combos… Difficile de varier si votre édition est composée à 60% d’enchantements !

De même, si votre édition ne contient que des cartes mythiques, vous aurez bien du mal à rendre les autres cartes (communes et unco) intéressantes.

4) Créer le squelette de l’édition

Mark Rosewater a rédigé un article (en anglais) sur la façon dont les gens de Wizards créent leurs éditions. Vous pouvez vous en inspirer !

Je vous fais un récapitulatif : vous devez créer un squelette de votre édition avec la liste des cartes au format texte. Chaque carte est identifiée par un code qui ressemble à ça :

CW##
C : rareté (ici commune)
W : couleur (ici white)
## : numéro de la carte

Pour en savoir plus sur le code : voir l’article (en anglais)

Admettons que, dans votre set, vous ayez 60 communes. Vous les divisez équitablement pour chaque couleur, ça vous donne 10 cartes de chaque couleur, plus 5 cartes artefacts et 5 terrains.

Voici votre squelette :

CW01 –
CW02 –
CW03 –
CW04 –
CW05 –
CW06 –
CW07 –
CW08 –
CW09 –
CW10 –
CU01 –
CU02 –
CU03 –
CU04 –
CU05 –
CU06 –
CU07 –
CU08 –
CU09 –
CU10 –
CB01 –
CB02 –
CB03 –
CB04 –
CB05 –
CB06 –
CB07 –
CB08 –
CB09 –
CB10 –
CR01 –
CR02 –
CR03 –
CR04 –
CR05 –
CR06 –
CR07 –
CR08 –
CR09 –
CR10 –
CG01 –
CG02 –
CG03 –
CG04 –
CG05 –
CG06 –
CG07 –
CG08 –
CG09 –
CG10 –
CA01 –
CA02 –
CA03 –
CA04 –
CA05 –
CL01 –
CL02 –
CL03 –
CL04 –
CL05 –

 

On retrouve bien nos 10 communes blanches, 10 communes bleues, etc.

Vous allez compléter ce squelette petit à petit. Le nombre de carte de chaque type d’abord, comme les créatures par exemple. Admettons qu’on décide de mettre 50% de créatures, on les répartis par couleur et coût de mana :

CW01 – creature
CW02 – creature
CW03 – creature
CW04 – creature
CW05 – creature
CW06 – creature
CW07 – creature
CW08 – instant/sorcery – token making
CW09 –
CW10 –
CU01 – creature
CU02 – creature
CU03 – creature
CU04 – creature
CU05 –
CU06 –
CU07 –
CU08 –
CU09 –
CU10 –
CB01 – creature
CB02 – creature
CB03 – creature
CB04 – creature
CB05 – creature
CB06 – creature
CB07 –
CB08 –
CB09 –
CB10 –
CR01 – creature
CR02 – creature
CR03 – creature
CR04 – creature
CR05 – creature
CR06 –
CR07 –
CR08 –
CR09 –
CR10 –
CG01 – creature
CG02 – creature
CG03 – creature
CG04 – creature
CG05 – creature
CG06 – creature
CG07 – creature
CG08 –
CG09 –
CG10 –
CA01 – creature
CA02 –
CA03 –
CA04 –
CA05 –
CL01 –
CL02 –
CL03 –
CL04 –
CL05 –

 

On voit que le blanc et le vert sont plus fournis en créatures. C’est normal, il en a toujours été ainsi avec la roue des couleurs.

Puis vous complétez avec les capacités de ces créatures en fonction de leurs couleurs (vol ou lien de vie pour le blanc, contact mortel pour le noir…) :

CW01 – creature, small
CW02 – creature, small, flying
CW03 – creature, small, first strike
CW04 – creature, small
CW05 – creature, small
CW06 – creature, medium, vigilance
CW07 – creature, medium, flying
CW08 – instant/sorcery – token making, flying
CW09 –
CW10 –
CU01 – creature, small, flying
CU02 – creature, small, shroud
CU03 – creature, medium, flying
CU04 – creature, large
CU05 –
CU06 –
CU07 –
CU08 –
CU09 –
CU10 –
CB01 – creature, small
CB02 – creature, small, flying
CB03 – creature, small, deathtouch
CB04 – creature, medium, intimidate
CB05 – creature, medium
CB06 – creature, medium
CB07 –
CB08 –
CB09 –
CB10 –
CR01 – creature, small
CR02 – creature, small, first strike
CR03 – creature, small
CR04 – creature, medium, haste
CR05 – creature, medium, trample
CR06 –
CR07 –
CR08 –
CR09 –
CR10 –
CG01 – creature, small
CG02 – creature, small, regeneration
CG03 – creature, small, deathtouch
CG04 – creature, medium, reach
CG05 – creature, medium
CG06 – creature, medium
CG07 – creature, large, trample
CG08 –
CG09 –
CG10 –
CA01 – creature, medium
CA02 –
CA03 –
CA04 –
CA05 –
CL01 –
CL02 –
CL03 –
CL04 –
CL05 –

 

Ensuite vous pouvez ajouter les autres types de cartes, puis leurs capacités, etc… Jusqu’à obtenir un squelette complet :

CW01 – créature, small, flying, new keyword 1
CW02 – creature, small, first strike
CW03 – creature, small, vigilance
CW04 – creature, small, lifelink
CW05 – creature, small, protection
CW06 – creature, small, flash
CW07 – creature, small, new keyword 1
CW08 – creature, small, returning keyword 1
CW09 – creature, small, double dip vanilla
CW10 – creature, small, returning keyword 1
CU01 – creature, small, double dip french vanilla
CU02 – creature, small, islandwalk
CU03 – creature, small, hexproof
CU04 – creature, small, returning keyword
CU05 – creature, small, new keyword
CU06 – creature, small, vanilla
CU07 – creature, medium, flying
CU08 – creature, medium, flash
CU09 – creature, large serpent, new keyword
CU10 – Instant, soft counterspell
CB01 – creature, small, deathtouch
CB02 – creature, small, lifelink
CB03 – creature, small, vanilla
CB04 – creature, small, new keyword
CB05 – creature, small, returning keyword
CB06 – creature, small, regeneration
CB07 – creature, small, intimidate, new keyword
CB08 – creature, small, flying
CB09 – creature, medium, haste
CB10 – creature, medium, swampwalk
CR01 – creature, small
CR02 – creature, small
CR03 – creature, small
CR04 – creature, small
CR05 – creature, small
CR06 – creature, small
CR07 – creature, medium
CR08 – creature, medium
CR09 – creature, medium
CR10 – creature, large
CG01 – creature, small
CG02 – creature, small
CG03 – creature, small
CG04 – creature, small
CG05 – creature, small
CG06 – creature, small
CG07 – creature, medium
CG08 – creature, medium
CG09 – creature, medium
CG10 – creature, large
CA01 – creature, small
CA02 – creature, medium
CA03 – creature, large
CA04 – equipment, power toughness boost
CA05 – equipment, ability granting
CL01 – Produces W
CL02 – Produces U
CL03 – Produces B
CL04 – Produces R
CL05 – Produces G

 

Sources :
Kiku sur Magic Set Editor (anglais)
Nuts and bold (anglais)

Ensuite faites la même chose pour les unco, les rares et les mythiques.

Et voilà, vous n’avez plus qu’à créer les cartes !

5) Créer les cartes

OK, ça c’est le moment qu’on préfère : il est temps de donner vie à notre travail !

Pour vous faciliter la vie, imaginez l’édition pour qu’elle ne se joue que en Bloc. C’est à dire que vous ne pourrez pas la mélanger avec d’autres éditions. C’est plus facile à équilibrer comme ça.

Pour créer vos cartes, je vous renvoie vers l’article précédent à la partie « Créer une bonne carte Magic »

Si vous vous lancez, vous devriez aussi lire tous les articles de Mark Rosewater. J’ai trouvé un récapitulatif ici, c’est vraiment très intéressant pour tout « game designer » en herbe.

Vous pouvez également compléter la lecture (en anglais) avec :

Une fois prêt, pour créer les cartes de votre édition, je vous conseille d’utiliser le MSE (Magic Set Editor).

Magic Set Editor

Pourquoi utiliser MSE ?

  1. Il est super facile à utiliser
  2. Toutes vos cartes sont au même endroit
  3. Contrairement à la création de carte en ligne, vous pouvez facilement les modifier
  4. Vous pouvez les exporter/importer dans d’autres logiciels pour jouer avec ! (on y arrive juste après)

Bref, utilisez MSE.

Vous n’avez plus qu’à créer les cartes conformément aux squelettes qu’on a vu précédemment. Je vous conseille de vous y mettre à plusieurs entre potes, ça sera plus sympa et ça prendra vachement moins de temps !

C’est d’ailleurs ce qu’on fait les sectateurs de la SMF (Secte des Magiciens Fous) : leur communauté a créé une édition complète à son image, avec de nouvelles capacités, etc.

Pour en savoir + sur leur projet : voir le site.

Pour les images, piochez allègrement sur internet mais n’oubliez JAMAIS de citer l’artiste en bas de la carte. C’est super important. Pas uniquement pour les droits d’auteur, mais par respect pour leur travail.

6) Partager et jouer avec votre édition en ligne

On y est. Vous avez créé toutes les cartes.

Déjà, fêtez ça avec des potes et une bonne bière bien fraîche.

Ensuite, et bien vous pouvez jouer avec votre propre édition et même la partager pour que d’autres puissent en profiter !

#1 : Jouer en ligne avec votre édition

MSE vous permet d’exporter votre travail pour plusieurs plateformes de jeu :

L’export depuis MSE est facile

LackeyCCG

LackeyCCG – Source : angelfire.com

Vous n’aurez plus qu’à partager le fichier ou le lien à vos potes pour jouer ensemble avec votre édition.

#2 : Partager votre édition et jouer avec celles des autres (en ligne)

Bon, jouer entre potes c’est cool, mais si votre édition devenait populaire ?

En France on est assez frileux avec les éditions custom de Magic. Mais si on commence à fouiller sur des sites anglophones, on découvre une communauté de passionnés prêts à partager leurs créations et à jouer avec les vôtres !

Je vais vous parler de quelques sites / communautés, mais il doit en exister beaucoup plus…

> MAGIC SET EDITOR MODERN 2

Les mecs ont créé un FORMAT avec des cartes issues de 31 éditions custom.

Sérieux.

Et ils ont des CHAMPIONNATS.

Ils ont même une banlist (de cartes custom hein), un moteur de recherche, des cartes incontournables, un Discord

Bref, vous pouvez les rejoindre et même proposer votre propre édition ici.

> PLANESCULPTORS.NET

J’ignore si cette communauté est encore active, mais vous pouvez y trouver :

Edition : Aenyr

L’inscription est rapide. Je n’ai pas eu l’opportunité de tester (faute de temps et d’adversaire), mais ça m’a l’air d’être une vraie mine d’inspiration créative.

> POUR DISCUTER :

La communauté est super active, il suffit de savoir où chercher :

A vous de voir où vous voulez partager votre travail !

7) Jouer physiquement avec votre édition

Pour que votre édition soit imprimable et jouable physiquement, il faut la penser de manière « autonome », qu’elle puisse être utilisée un peu comme s’il s’agissait d’un jeu de société.

Pour ça je connais deux options : créer un Cube ou des decks préconstruits.

#1 Créer un Cube

Qu’est-ce qu’un Cube ? On en a parlé plus haut mais je vous redonne la définition :

Le CUBE est une sélection réfléchie de cartes afin de designer une édition personnalisée qui a pour vocation d’être draftée. Cette sélection est généralement un best of des cartes mais peut aussi avoir de nombreuses autres thématiques. Ainsi, vous pouvez par exemple créer un CUBE qui se limite à un bloc, période ou format, tournée autour des cartes tribales, uniquement avec des communes, etc.

Source : SMF

Donc en gros, vous sélectionnez des cartes (existantes ou custom) et vous les réunissez pour créer des boosters personnalisés. Ensuite, vous les ouvrez avec des potes pour jouer ! Et quand c’est terminé, vous remettez les cartes dans les boosters.

C’est donc le format IDÉAL pour imprimer votre édition.

Créer un Cube, c’est aussi l’occasion de faire ressortir ce que vous aimez le plus dans Magic et de la présenter d’une belle manière !

Cube MTG

Imaginez votre propre édition imprimée et présentée dans un joli coffret.
Ci-dessus, le Cube Innistrad de Zac Fisher.

Les boosters sont rangés dans de vieux journaux.

Au début de la partie, chaque joueur reçoit ses 3 boosters dans un petit livre usé.

Si vous décidez de créer votre propre édition et de l’imprimer, créez un beau Cube pour jouer avec. 

Voici le contenu traditionnel d’un Cube :

  • 4 exemplaires de chaque Commune
  • 3 exemplaires de chaque Unco
  • 1 exemplaire de chaque Rare
  • 1 exemplaire de chaque Mythique

Les cartes sont ensuite partagées aléatoirement entre les boosters avant chaque partie.

Pour rappel, un booster contient :

  • 1 Rare/Mythique
  • 3 Unco
  • 10 Communes

Vous pouvez mettre les terrains et les jetons à part dans votre Cube.

Les Cubes sont composés de (3 x 14 =) 42 cartes par joueur (hors terrains et jetons). Donc 336 cartes pour 8 joueurs, jusqu’à 672 cartes pour 16 joueurs.

L’avantage du Cube, c’est que vous plongez littéralement les joueurs dans l’univers de votre édition. Votre ambiance passe par les cartes que vous avez créées, mais également par la présentation du Cube.

De plus, votre édition possède une grande rejouabilité : chaque draft sera différent.

#2 Créer des decks préconstruits

C’est la 2ème option pour jouer avec votre propre édition : créer des decks préconstruits avec vos propres cartes.

Il peut s’agir de decks de 40 cartes, 60 cartes ou même des decks EDH.

Ici encore, vous pouvez personnaliser l’expérience !
Source : Manaleak

Les deck box sont un bon moyen de présenter l’univers et la personnalité de chaque deck.
Source : Dogmight

Je pense qu’une édition se décline facilement en 4 decks préconstruits.

#3 Imprimer votre édition

Que vous ayez choisi de créer un Cube ou des decks préconstruits, il faudra bien imprimer vos cartes à un moment !

J’aborde le sujet dans l’article précédent, mais il vous faudra une sacrée patience pour 672 cartes !

Pour moi, si vous voulez un vrai résultat à la hauteur du travail fourni : il vous faudra passer par un imprimeur. Ce sont les seuls capables de proposer un résultat correct sur du beau carton.

J’ai également vu qu’il était possible de créer et imprimer son propre dos de carte sur MSE, pour éviter le plagiat par exemple : voir les ressources.

Conclusion

Voilà, vous avez tous les outils nécessaires pour créer votre propre édition de Magic et jouer avec, que ce soit en ligne ou physiquement !

C’était un sacré boulot d’écrire cet article, je n’ai pas pu approfondir tous les aspects de la création d’une édition. Je voulais surtout vous donner une méthode simple, adaptable, et les liens vers les bonnes ressources. Maintenant si ça vous tente, c’est à vous de jouer !

Merci beaucoup à Deiv de la SMF et à HerrGeneral du Discord MTG FR pour leur relecture attentive et leurs précieux conseils.

Pour ne rien rater des prochains articles, n’hésitez pas à vous abonner à la page Facebook de Magic-Casual.
.
Vous pouvez également soutenir le blog sur Tipeee (et je vous offre une bière brassée maison !)
.
À bientôt !
.

2 Comments

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*